Portrait de Anne Claude Leflaive

Portrait (RVF -Avril 2006)

Anne-Claude Leflaive incarne parfaitement la modernité et la rigueur de la Bourgogne, soucieuse de son identité et affichant une réelle classe. Femme de sincérité, cette productrice affiche une humilité non teinte. Une personnalité que l'on retrouve, trait pour trait, dans ses vins.

Comme elle, ils vont à l'essentiel, vers l'expression des terroirs et une nature respectueusement domptée. Son souci de préserver la diversité rurale et parasitaire de la vigne s'accorde de façon harmonieuse avec les exigences techniques de Pierre Morey, régisseur, ex-fermier du domaine des comtes Lafon. Cette philosophie, Anne-Claude Leflaive l'adopte très tôt. Déjà, en 1989-1990, lorsque Vincent, son père, lui octroie ses premières responsabilités au domaine, elle en applique les principes. En octobre 1990, elle initie avec courage ses premiers essais de pratique en biodynamie sur une surface d'un hectare. Tout ira ensuite très vite. En 1993, le domaine se convertit totalement à la biodynamie. Ce dernier compte désormais 25 hectares répartis sur Puligny-Montrachet, Chassagne, Meursault et Meursault Blagny. Il possède des parcelles prestigieuses en grands crus : Montrachet, Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues Bâtard Montrachet.Les premiers crus font aussi rêver avec les Pucelles, le Clavoillon, les Combertés, les Folatières en blanc et en rouge, le Blagny.

Les Brelances ou les Grands Champs figurent parmi les bons terroirs en appellation Village. Lévolution de son travail, Anne-Claude Leflaive a voulu l'illustrer par une dégustation verticale inversée de quatre millésimes du Bienvenues Bâtard-Montrachet, le célèbre vin blanc de Puligny. Pourquoi le Bienvenues ? « Parce qu'il caractérise parfaitement l'histoire du domaine Leflaive », répond Anne-Claude Leflaive, en ouvrant la première bouteille d'une série exceptionnelle dont voici quatre grands témoins. C. L

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1990:

Une année de grands rendements pour mon premier millésime aux commandes du domaine. Aujourd'hui, nous travaillons sur une base de

40 hl/ha. Ce n'était pas le cas en 1990. La fraîcheur "agrumée",

typique du Bienvenues, est pourtant bien présente. La patte élégante de Pierre Morey l'a préservé d'une évolution oxydative. Un grand classique.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1993:

Une année difficile pour moi. Mon père est décédé le 12 septembre.

Par ailleurs, le millésime a manqué de maturité. Les pluies et les attaques de mildiou se ressentent dans la trame du vin. La finesse de la matière s'identifie à un millésime plutôt dilué. Cependant, il offre une palette olfactive florale évoluant vers des notes d'amandes vertes. Il est en devenir. Un millésime difficile, donc, mais riche  d'enseignements. Avec Pierre Morey, nous avons beaucoup appris sur l'enracinement des plants et les traitements.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1997:

Notre premier millésime avec un élevage réalise 100 % en bois neuf et dont la vinification a été labellisée en biodynamie. Le vin monte en puissance et possède une force énergétique. Souvenir d'un temps ensoleillé. Le terroir s'exprime ici sans fard. Le domaine refait ainsi corps avec son patrimoine terrien.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1999:

J'adore ce millésime. Cette année-là, tout était en place pour faire un grand vin. La belle maturité du fruit nous permet de le boire dès à présent. C'est l'avantage des grands millésimes. Pour moi, 1999 restera un millésime d'apaisement.

Revue de presse


Portrait de Anne Claude Leflaive

Portrait (RVF -Avril 2006)

Anne-Claude Leflaive incarne parfaitement la modernité et la rigueur de la Bourgogne, soucieuse de son identité et affichant une réelle classe. Femme de sincérité, cette productrice affiche une humilité non teinte. Une personnalité que l'on retrouve, trait pour trait, dans ses vins.

Comme elle, ils vont à l'essentiel, vers l'expression des terroirs et une nature respectueusement domptée. Son souci de préserver la diversité rurale et parasitaire de la vigne s'accorde de façon harmonieuse avec les exigences techniques de Pierre Morey, régisseur, ex-fermier du domaine des comtes Lafon. Cette philosophie, Anne-Claude Leflaive l'adopte très tôt. Déjà, en 1989-1990, lorsque Vincent, son père, lui octroie ses premières responsabilités au domaine, elle en applique les principes. En octobre 1990, elle initie avec courage ses premiers essais de pratique en biodynamie sur une surface d'un hectare. Tout ira ensuite très vite. En 1993, le domaine se convertit totalement à la biodynamie. Ce dernier compte désormais 25 hectares répartis sur Puligny-Montrachet, Chassagne, Meursault et Meursault Blagny. Il possède des parcelles prestigieuses en grands crus : Montrachet, Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues Bâtard Montrachet.Les premiers crus font aussi rêver avec les Pucelles, le Clavoillon, les Combertés, les Folatières en blanc et en rouge, le Blagny.

Les Brelances ou les Grands Champs figurent parmi les bons terroirs en appellation Village. Lévolution de son travail, Anne-Claude Leflaive a voulu l'illustrer par une dégustation verticale inversée de quatre millésimes du Bienvenues Bâtard-Montrachet, le célèbre vin blanc de Puligny. Pourquoi le Bienvenues ? « Parce qu'il caractérise parfaitement l'histoire du domaine Leflaive », répond Anne-Claude Leflaive, en ouvrant la première bouteille d'une série exceptionnelle dont voici quatre grands témoins. C. L

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1990:

Une année de grands rendements pour mon premier millésime aux commandes du domaine. Aujourd'hui, nous travaillons sur une base de

40 hl/ha. Ce n'était pas le cas en 1990. La fraîcheur "agrumée",

typique du Bienvenues, est pourtant bien présente. La patte élégante de Pierre Morey l'a préservé d'une évolution oxydative. Un grand classique.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1993:

Une année difficile pour moi. Mon père est décédé le 12 septembre.

Par ailleurs, le millésime a manqué de maturité. Les pluies et les attaques de mildiou se ressentent dans la trame du vin. La finesse de la matière s'identifie à un millésime plutôt dilué. Cependant, il offre une palette olfactive florale évoluant vers des notes d'amandes vertes. Il est en devenir. Un millésime difficile, donc, mais riche  d'enseignements. Avec Pierre Morey, nous avons beaucoup appris sur l'enracinement des plants et les traitements.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1997:

Notre premier millésime avec un élevage réalise 100 % en bois neuf et dont la vinification a été labellisée en biodynamie. Le vin monte en puissance et possède une force énergétique. Souvenir d'un temps ensoleillé. Le terroir s'exprime ici sans fard. Le domaine refait ainsi corps avec son patrimoine terrien.

• Bienvenues Bâtard-Montrachet 1999:

J'adore ce millésime. Cette année-là, tout était en place pour faire un grand vin. La belle maturité du fruit nous permet de le boire dès à présent. C'est l'avantage des grands millésimes. Pour moi, 1999 restera un millésime d'apaisement.

Suivez régulièrement la vie du Domaine en vous inscrivant à la newsletter